OPÉRATEUR DE PAO : LES QUALITÉS INDISPENSABLES POUR UN TRAVAIL BIEN FAIT

Comme nous l’avons déjà mentionné dans d’autres articles sur la PAO, chaque projet de PAO doit être étudié en parallèle de la traduction.

Cette évaluation sert à s’assurer que toutes les conditions nécessaires pour réaliser un bon travail sont réunies.

Parmi ces éléments, on compte :

Documents originaux – Documents d’origine du texte à traduire qui peuvent se présenter sous plusieurs types de format : WordExcelPower PointIndesignFrameMakerAutocadCorelDrawQuarkXpress, etc.

Plate-forme – Il est nécessaire de s’assurer que les documents originaux ont été créés avec MacintoshIBMUnix,Linux ou sur une autre plate-forme, afin d’effectuer la PAO dans le même type de document, pour éviter toute incohérence. Afin d’empêcher que le type de plate-forme influe sur le résultat, de nombreux développeurs de logiciel ont créé des programmes multi-plates-formes, à savoir des programmes qui fonctionnent sur plusieurs plates-formes. Mais l’utilisation d’un programme de ce type n’est pas suffisant, il faut aussi utiliser des polices fonctionnant sur plusieurs plates-formes, c’est pour cela qu’ont été créées les polices Open Type.

Version – Il est important d’effectuer la PAO dans la même version logicielle que le document d’origine. Il arrive souvent de voir des différences entre les versions ou d’envoyer au client un projet dans une version qu’il ne peut ouvrir ou proposant un affichage différent du nôtre.

Polices – Il faut vérifier que le PC sur lequel devra être effectuée la solution de PAO possède toutes les polices requises par le document d’origine, que tous les programmes disposent d’outils capables de vérifier l’absence éventuelle de polices. À défaut, la qualité du travail s’en ressentira. Cette indication est également valable pour les images.

Profil de couleur – Un profil de couleur est un ensemble de données caractérisant un dispositif (comme un projecteur) ou un espace colorimétrique (comme sRGB). La plupart des profils de couleur se présentent sous un format ICC (Comité international de la couleur), qui est un petit fichier avec une extension .icc o .icm contenant la description des attributs de couleur d’un dispositif spécifique.

Il convient de noter que certains programmes de PAO possèdent désormais des utilitaires qui permettent de créer un PACKAGE (ensemble de documents) recensant tout le nécessaire pour la gestion d’un projet, les documents d’origine, les livres, les polices, les images, etc.

Une fois que tous ces points ont été vérifiés, il est possible de demander au client ou au studio graphique les éléments manquants.

Il est ensuite utile d’ouvrir les documents et de réviser les fichiers originaux afin de contrôler les points suivants. Personnellement, j’utilise les fonctions « Rechercher/remplacer », les métacaractères, etc. :

Espaces doubles – éliminer tous les espaces doubles ; tous les programmes de PAO sont dotés de fonctions pour aligner, espacer, tels que ,les tabulateurs et les retraits, etc.

Éliminer les espaces en début de paragraphe – Il arrive souvent que les traducteurs ou rédacteurs techniques insèrent des espaces en début de paragraphe, il convient de les supprimer.

Uniformiser les guillemets – Parfois, les documents d’origine utilisent différents types de guillemet tout au long du manuel, il est nécessaire de les uniformiser en fonction de la langue (rappelons qu’il existe des règles de typographie spécifiques à chaque langue. En espagnol, on utilise notamment trois types de guillemets :

  • Guillemets typographiques, latin ou angulaires (« »).
  • Guillemets doubles ou anglais (“ ”).
  • Guillemets simples (‘ ’).

Révision de la ponctuation – S’assurer que les règles de ponctuation propres à chaque langue ont bien été respectées. En français, tous les signes de ponctuation double doivent être précédés d’une espace insécable qu’il est possible d’insérer à partir de tous les programmes de PAO.

Révision du séparateur décimal – Il est important de vérifier que les documents en question contiennent les bons séparateurs de nombre, en effet, parfois, il s’agit d’un point, parfois il s’agit d’un guillemet.

Unités du Système international – Vérifier que les unités de mesure du Système international sont écrites correctement : en russe, « cm » s’écrit notamment « см ». Veiller également à insérer une espace insécable entre les nombres et les unités de mesure et vérifier la présence d’un espace entre le mot et le nombre qui le précède.

Bulles et légendes – En PAO, il s’agit d’éléments de texte généralement accompagnés de flèches d’indication qui s’utilisent pour indiquer et identifier des parties d’une illustration. Toutes les légendes doivent être visibles.

En-tête et pied de page – Vérifier qu’ils ont été traduits de la même manière dans l’ensemble du document. En général, on utilise les fonctions « champs » ou « variables » qu’il est possible d’automatiser. Il est donc nécessaire de vérifier qu’ils fonctionnent bien.

Tableaux de contenus, schémas, figures – Ils sont générés automatiquement à partir de certains éléments des documents, comme par exemple les styles, les variables ou références croisées.

Table des matières analytique – Elle se crée de manière automatique grâce aux entrées de la table des matières contenues dans la plupart des programmes de PAO

Références croisées – C’est le lien entre deux ou plusieurs éléments, phrases ou paragraphes d’un document ou de plusieurs documents. Vérifier que les références croisées fonctionnement bien ; elles sont généralement créées à partir de marqueurs avec des liens entre les éléments souhaités.

Liens – Vérifier que les liens fonctionnent bien.

Pour une solution de PAO impeccable, il est nécessaire d’effectuer plusieurs révisions car le contrôle de qualité est crucial.

Originally posted 2014-05-29 10:00:46.

Post A Comment