Le coréen et les emprunts linguistiques à l'anglais

Le coréen est la langue officielle de la péninsule coréenne ainsi que l’une des deux langues officielles de la Préfecture autonome coréenne de Yanbian, en Chine. Elle est non seulement parlée en République Populaire de Chine mais également au sein de la disaspora coréenne présente au Japon et aux États-Unis (la deuxième plus grande diaspora coréenne après la République Populaire de Chine).

Comment puis-je être certain que mon site Internet coréen est vendeur, que la traduction est correcte ? Le coréen comporte un problème propre à de nombreuses langues : l’évolution. Comme n’importe quelle autre langue, le coréen est fluide et évolue constamment grâce à l’influence des médias de masse, à l’immigration, et surtout grâce à l’utilisation répandue d’Interneten tant que moyen de communication. Ce phénomène n’est pas juste expérimenté par certaines langues, il présente un impact quotidien sur toutes les langues du monde. L’anglais constitue le tout premier idiome capable d’influencer voire de menacer d’autres langues et cultures.

Quelles sont les opportunités qui se présentent à des pays comme les États-Unis ou l’Angleterre qui vendent à la Corée ? Quel fut l’impact de l’anglais et plus précisément de l’anglais américain sur la langue coréenne lors de la période qui suivit la deuxième guerre mondiale ? On suppose qu’environ quatre-vingt-dix pour cent des emprunts utilisés aujourd’hui en Corée du Sud dérivent de l’anglais. Un chiffre particulèrement inquiétant lorsque l’on sait que la Corée du Sud et les États-Unis ont été en contact pendant très peu de temps (environ cinquante ans à compter de la fin de la deuxième guerre de Corée). On assiste également à une autre tendance : les emprunts utilisés en Corée du sud dérivent de moins en moins du chinois et de plus en plus de l’anglais. Cette alternance de code linguistique entre les deux langues est certainement le résultat de l’admiration ressentie par les coréens à l’égakonrd de la langue anglaise. Selon David B. Kent, auteur de « The discourse of Konglish: A socio-historic analysis of English as a native part of the South Korean vernacular » (Le discours du Konglish: Une analyse socio-historique de l’anglais à l’origine de la langue vernaculaire parlée en Corée du sud), les Coréens réussissent parfaitement à identifier l’anglais ou l’alphabet romain en raison de la guerre de Corée. Lors de ce conflit, les États-Unis se sont rangés du côté de la Corée du sud et ont fourni à cette dernière une aide d’une qualité bien supérieure à celle présente dans le pays à cette époque. Les inscriptions figurant sur les paquets envoyés étaient écrites en anglais ou dans une langue romaine, ce qui a laissé une forte impression sur le public coréen.

Aujourd’hui, ce phénomène s’empare de la vie de tous les jours par le biais des médias de masse. Les emprunts anglais que l’on trouve dans les journaux écrivent leurs histoires et ces derniers peuvent peuvent même parfois apparaître à la une. La télévision, la publicité, les émissions de télévision, les panneaux signalétiques et les pancartes publicitaires ont été grandement influencés par l’emprunt de mots anglais, ce qui a conduit à une invasion de la langue anglaise dans la vie de tous les jours.

C’est ainsi qu’un nouveau mot a été inventé pour décrire ce mélange de coréen et d’anglais, le Konglish, qui a soulevé la polémique chez de nombreux coréens. Un chroniqueur du Korea Times (journal anglophone publié en Corée du sud) le décrit de la manière suivante : « inventif, intelligent et l’une des 10 plus belles choses qu’ait connu la Corée » alors que Jnug-hyo, traducteur coréen-anglais et auteur de « A False English Dictionary » (Un faux dictionnaire anglais) soutient qu’une mauvaise utilisation du Konglish dans d’autres pays pourrait porter préjudice à la Corée.

Les mots anglais adoptés dans la langue coréenne ont subi des transformations et renvoient aujourd’hui à un tout autre sens. Les natifs anglais peuvent se sentir désorientés lorsqu’ils essaient de converser dans leur langue avec des Coréens. Par exemple, le mot « sick » (malade) signifie en réalité « être blessé ou cassé », ce qui donne « My leg is sick » (ma jambe me fait mal) signifie en konglish « J’ai blessé ma jambe » ou « J’ai cassé ma jambe ». Un autre exemple : « Fighting ! » comme cri d’encouragement signifie « Allez ! » ou « On y va ! » . Voici un dernier exemple, probablement le plus troublant pour les natifs anglais : la signification Konglish de « time » (fois) a pris le sens d’« heure ». Par conséquent, l’expression « I slept 8 times last night » (j’ai dormi 8 fois la nuit dernière) qui signifie en konglish : « j’ai dormi huit heures la nuit dernière ».

DEMANDER UN

DEVIS

Veuillez remplir les champs du formulaire ci-dessous pour faire une demande de devis auprès de nos bureaux. Notre personnel sera ravi de répondre à votre demande dans les plus brefs délais.

Les champs marqués du symbole « * » sont obligatoires.

Drop a file here or click to upload Choisir le fichier
Maximum upload size: 67.11MB