Japon : un panorama économique « délicat »

Langue et culture : un rapport intrinsèque

Japonais : langue ouralo-altaïque ou nippone ? La philogénèse controversée et encore discutée de cette langue la rend autant singulière qu’elle est difficile à placer dans l’arbre généalogique des langues. Il s’agit d’une langue extrêmement contextuelle dont l’étude dévoile le charme intrinsèque dans toute sa complexité. À titre d’exemple, nous vous présentons ici des éléments qui la caractérisent :

  • Phonétique : pauvre en sons et riche en homophones, elle ne peut subsister si ce n’est dans un langage étroitement lié aux circonstances dans lesquelles la conversation se déroule.
  • Syntaxe et grammaire : en plus des constructions grammaticales des plus variées qui n’ont pas toujours une correspondance dans notre langue, et qui sont donc difficilement traduisibles, la langue japonaise présente certaines particularités qui la différencient des autres langues, par exemple le français : avant tout il s’agit d’une langue qui respecte l’ordre syntaxique SOV (Sujet-Objet-Verbe) et les seuls signes de ponctuation sont le point et la virgule. En outre, la langue japonaise ne présente aucune conjugaison verbale selon la personne, n’a pas de pluriel défini et ne distingue pas les genres des mots entre masculin, féminin et neutre.
  • Écriture : sa complexité compense, à l’écrit, la simplicité de la phonétique. Développée en plus de 500 ans d’histoire, l’écriture japonaise se compose aujourd’hui de quatre systèmes reliés entre eux : hiragana 平仮名 et katakana 片仮名 (transcriptions phonétiques de sons syllabiques), romaji ローマ字 (translittération en caractères latins) et kanji 漢字(les soi-disant « sinogrammes », ou plus simplement « caractères »), dont la connaissance nécessaire pour la compréhension d’un texte écrit en japonais standard tourne, généralement, autour de 2000 caractères.
  • Langage honorifique : le keigo 敬語 est le « langage de respect » japonais qui, avec une grammaire particulière, reflète les relations sociales complexes et hiérarchisés de la culture japonaise. Il se subdivise principalement en trois niveaux : kenjogo (謙譲語, langage de la modestie), teineigo (丁寧語, langage poli) et sonkeigo (尊敬語,langage du respect), lesquels, à leur tour, peuvent présenter différentes nuances. L’utilisation du keigo, dans toutes ses facettes, amène la langue japonaise à être une langue très difficile à assimiler pour nous, mais en même temps nous en dit énormément sur les hiérarchies des relations personnelles et sur les dynamiques comportementales.

On comprend donc que communiquer avec le Japon, entrer en contact avec un culture complètement différente de la nôtre, mais tout aussi articulée, est une tâche difficile et délicate.

Entretenir des relations de communication ne concerne pas seulement la traduction en japonais : il s’agit d’un travail complexe de médiation et d’adaptation culturelle, de reformulation, de localisation des concepts selon plusieurs canons linguistiques et sociaux. Dans le milieu professionnel, cela exige l’intervention d’experts médiateurs, afin d’éviter tout équivoque désagréable (incompréhensions linguistiques et/ou comportementales) susceptibles de compromettre la réussite des négociations commerciales. Mais comment se présente le Japon aujourd’hui aux yeux du monde ? Essayons de présenter brièvement l’actuel panorama socio-économique.

Politiques monétaires et rapports vers l’outre-mer : vers quelle direction ?

Avec un développement technologique parmi les plus avancés de la planète (notamment en ce qui concerne l’électronique, l’informatique et la mécanique) et un PIB de plus de 5390 milliards de $ US(1), le Japon se présente aux yeux du monde comme la troisième économie mondiale, tout juste derrière les États-Unis et la Chine, et se révèle être un marché attrayant mais très exigeant et difficile à pénétrer. Difficile non seulement en raison des différences culturelles, qui influencent sans aucun doute sensiblement les rapports commerciaux avec un pays ô combien complexe et détaché de notre système par sa culture, mais aussi par ses divergences économiques et monétaires. Après la fin de l’ère du sakoku 鎖国, à savoir l’isolationnisme japonais, avec l’ouverture forcée des échanges commerciaux de la part du Commodore Perry (ouverture ratifiée par la Convention de Kanagawa en 1854)(2), le Japon a réussi à devenir, aujourd’hui, une puissance économique mondiale. Actuellement, les équilibres ne sont pourtant pas bien définis. Prenons en considération quelques faits, à titre d’exemple.

  • Après la crise : Jusqu’à il y a quelques décennies, le Japon était le pays de la bulle économique(3), cette bulle spéculative qui quand elle a éclaté, vers la moitié des années 90, a plongé le pays du Soleil Levant dans la crise économique, entre 1997 et 2000, aggravant sa dette publique. S’ajoute à cela, malgré une discrète reprise dans les années qui suivirent cette crise, une énorme dette publique qui persiste encore aujourd’hui.
  • La monnaie : la forte propension du Yen à la surévaluation ne semble pas vouloir diminuer (malgré les intérêts commerciaux des États-Unis et d’autres nations à importer des produits japonais, sans compter les tentatives répétées des politiques monétaires nationales et internationales visant à dévaluer une monnaie trop forte).
  • La demande : ceci est dû en partie au fait que, tendanciellement, les consommateurs japonais se démontrent prudents et sensibles : craignant les incertitudes du futur, ils sont des épargnants avisés. L’insuffisante circulation de liquidités sur le marché engendre par conséquent une inévitable augmentation de la valeur de la monnaie. Pour preuve, on a constaté que, entre 2009 et 2010, malgré la timide reprise japonaise en réponse à la crise globale de ces dernières années, la consommation intérieure a maintenu une ligne déflationniste et n’a pas encore commencé à augmenter, au contraire elle se maintient en baisse. Cela oblige les politiques nationales à orienter les investissements vers l’outre-mer (environ 43,9 % destiné à l’étranger contre 5,9 % laissé au marché national)(4).

Malheureusement, la flambée de la monnaie nippone a contribué à la baisse drastique des exportations de certaines typologies de produits, notamment dans le secteur automobile, un des piliers de l’économie japonaise, davantage mis en danger par les fermetures temporaires de certains établissements réputés à la suite du tremblement de terre du Sendai. Sans parler des mesures de sécurité prises pour l’incident nucléaire de Fukushima, qui sont en train de causer de nombreuses complications aux exportations agroalimentaires. Il s’agit de facteurs d’une certaine envergure qui risquent d’influer négativement sur les récentes politiques destinées à favoriser les exportations.
Pour remédier partiellement à tout cela, le G7 envisage de mettre en œuvre des mesures conjointes entre l’UE, les États-Unis et le Japon pour favoriser la circulation de la monnaie japonaise pour tenter de ralentir l’ascension du Yen, qui pourrait atteindre des niveaux records. Avec la dévaluation incessante de la monnaie américaine, le rapport $/¥ est également revenu aux minima historiques, oscillant autour des 80 ¥ pour 1 $ au mois de mars, et atteignant le minimum absolu de 76,5 le 17 mars 2011, à la suite d’une chute de la bourse de Tokyo liée au tsunami du 11 mars 2011. On n’avait pas enregistré pareils chiffres depuis 1995, quand le rapport ¥/$ avait atteint la valeur de 83,19.(5)
Le rapport avec la monnaie européenne suit une tendance négative analogue, quoique plus limitée : il suffit de penser que, dans les quatre dernières années, le taux de change €/¥ est passé d’environ 165-170 en 2008 à 135 en 2009 pour atteindre un peu plus de 120 en 2010. Le change actuel tourne autour de 115 ¥ pour 1 €.

Nous nous trouvons donc face à un panorama tant intéressant que controversé : d’un côté, la tentative historique des puissances commerciales étrangères d’encourager les exportations japonaises (tentative favorisée par une nécessité pour le Japon d’orienter son marché ailleurs), de l’autre une politique monétaire constamment vouée à freiner la surévaluation du Yen. Une surévaluation qui est influencée par une consommation intérieure insuffisante et rendue instable par les événements historiques récents. Le professionnalisme et la préparation d’un pays qui, malgré tout, est encore aujourd’hui leader économique du marché asiatique, sont mises aujourd’hui à dure épreuve et les avis des experts quant à l’avenir divergent.

Notes

(1) Chiffres : estimations du Fonds monétaire international, 2010.
(2) Au cours des trois derniers siècles de l’époque féodale japonaise, autrement dit dans la période Tokugawa 徳川 (1600 – 1868), le gouvernement promut une politique isolationniste destinée à empêcher les échanges avec l’extérieur. Ce furent les États-Unis qui mirent fin à cette stratégie d’autoexclusion, en ouvrant par la force les côtes orientales nippones aux échanges commerciaux et en marquant cet acte par la signature de la Convention de Kanagawa qui, avec d’autres documents analogues, est inclue dans la liste des traités inégaux stipulés par les puissances coloniales occidentales avec les États de l’Extrême-Orient.
(3) La bulle spéculative, concentrée surtout sur le marché de l’immobilier japonais, a caractérisé l’incroyable croissance économique du pays, en termes de PIB, entre les années 1960 et les années 1980.
(4) Source : Giappone. Rapporti Paese Congiunti – 1° semestre 2010, ICE (Istituto degli Affari Esteri), pag. 2
(5) Source : http://ja.wikipedia.org/wiki/%E5%86%86_(%E9%80%9A%E8%B2%A8)

DEMANDER UN

DEVIS

Veuillez remplir les champs du formulaire ci-dessous pour faire une demande de devis auprès de nos bureaux. Notre personnel sera ravi de répondre à votre demande dans les plus brefs délais.

Les champs marqués du symbole « * » sont obligatoires.

Taille de téléchargement maximum : 67.11 Mo