Le patrimoine culturel le plus savoureux du Pérou

Le ceviche est un plat traditionnel de la cuisine latino-américaine, et plus précisément de la gastronomie péruvienne. Ce plat national est la fierté et l’emblème du patrimoine culturel du Pérou. Il se cuisine à base d’ingrédients simples et savoureux comme le poisson blanc et les épices.
Il existe plusieurs recettes selon la région où l’on se trouve et les variantes prévoient l’ajout de crustacés et de pommes de terre, ou de maïs.
Sa spécificité ? La préparation, parce que le poisson est cru, une pratique commune pour les plats traditionnels de l’Amérique du sud. Pour obtenir une « cuisson au naturel », il faut laisser mariner le poisson dans du jus de citron et du citron vert.
Les premiers à avoir essayé le Ceviche ont été les marins qui, en pleine mer, ne pouvaient pas faire cuire la nourriture et utilisaient donc le jus acide des agrumes (même des oranges).
Et maintenant, place à la recette du « Ceviche mixte » avec comme ingrédients principaux le poisson blanc et les crevettes.

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 500 g de poisson blanc (cabillaud, daurade, denté, lotte, etc.) ;
  • 500 g de crevettes ;
  • 1 oignon ;
  • 4 gousses d’ail ;
  • piment ;
  • 2 tomates ;
  • 2 cuillérées de coriandre.

Pour la marinade :

  • 250 ml de citron ;
  • 75 ml de citron vert ;
  • 1 cuillérée de sel.

PRÉPARATION

Laver généreusement le poisson blanc. Le couper en morceaux de taille moyenne puis, enlever la peau et les écailles.
Nettoyer les crevettes, en commençant par la tête, l’enlever et éliminer leur carapace. Mettre le poisson dans une terrine et ajouter du jus de citron vert et de citron, du sel, du piment, et de l’ail pilé et mettre au frigo pendant environ 1 heure. Retirer la terrine du frigo 10 minutes avant de servir le Ceviche à table.
En dernier, ajouter les tomates coupées en dé, l’ail finement émincé et la coriandre.
Comme accompagnement, nous conseillons d’utiliser du maïs ou des pommes de terre cuites à l’eau.

QUE SIGNIFIE CEVICHE ?

L’origine de ce mot a soulevé plusieurs hypothèses : selon le dictionnaire de l’Accademia Reale Spagnola, le terme « ceviche », qui s’écrit également « cebiche » ou « seviche », proviendrait de l’arabe ﺳكباج(sikbāǧ) et nous serait arrivé sous le nom « assukkabāǧ », qui signifie littéralement « méthode pour conserver la nourriture avec des aliments acides ».

L’historien péruvien Javier Pulgar Vidal suppose quant à lui que le nom « seviche » dérive du mot quechua « siwichi » qui signifie « poisson tendre » ou « poisson frais ».
Une étude menée par un autre historien, Juan José Vega, suggère encore que la racine du mot « ceviche » contiendrait le terme arabe « sibesh » (ﺳبش). On raconte en effet que les femmes morisques, capturées pendant la guerre des milices catholiques à Grenade, mélangeaient le poisson cru avec du jus de citron et d’orange.
Enfin, d’autres sources rattachent le terme « ceviche » au mot  « nourriture ». Celui-ci, pour les pêcheurs d’origine africaine au large des côtes péruviennes, représentait l’appât. À midi, ce qui avançait du poisson cru utilisé comme appât dégageait souvent une mauvaise odeur, mais devenait plus agréable au palais et davantage comestible avec de l’ail, des oignons et du citron.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *