Blog

Comprendre la linguistique : Est-ce une science ?

science langage

Dans notre précédent article, nous avons évoqué le fait que, malgré les avancées technologiques impressionnantes qui semblent se multiplier chaque jour dans les domaines les plus variés et improbables, l’humanité dans son ensemble est aussi ignorante concernant le langage aujourd’hui qu’elle l’était à l’aube de l’histoire.

Le Code de Hammurabi fut gravé dans la pierre il y a de cela peut‑être six mille ans ; de nos jours, les champs électromagnétiques sont exploités au point de faire apparaître comme par enchantement du texte sur des écrans, lequel est capable de se réorganiser en l’espace d’une nanoseconde. Chaque jour, de nouveaux algorithmes nous connectent au‑delà de ce qu’étaient autrefois nos espérances, laissant ainsi les experts et les auteurs de science‑fiction dans un brouillard métaphysique, forcés de rattraper cette réalité toujours plus stupéfiante. Cependant, nous ne savons pas vraiment comment fonctionne le langage, nous savons juste qu’il fonctionne.

La même observation est valable pour ce sens que nous aimons appeler « bon », comme si tous les autres sens ne l’étaient pas. Ce que nous appelons le bon sens mérite sûrement un nom plus spécifique, tel que le sens de la mesure, le sens de l’orientation, le sens spatial, le sens de la justice, le sens esthétique, le sens de l’humour, etc. L’adjectif « bon » est très pauvre lorsqu’il s’agit de décrire quelque chose, c’est un terme parapluie pouvant désigner d’innombrables concepts et phénomènes dont nous ne sommes pas conscients. Voici justement le problème : nous ne sommes pas conscients du phénomène qui nous permet de parler. De ce point de vue, le concept de « personne de langue maternelle » commence à vaciller, à devenir moins monolithique que ce que nous aurions pu penser ou espérer.

La linguistique elle‑même, bien qu’étant une science autoproclamée dérivant de l’Antrophologie Culturelle, semble désigner un concept très différent lorsque l’on traverse l’Atlantique. En effet, une pollinisation culturelle croisée a toujours réussi à atteindre les quatre coins du monde, mais la discipline académique de la Linguistique du Nouveau Monde telle que définie par le fondateur et leader charismatique du MIT (Massachusetts Institute of Technology), Noam Chomsky, ne présente que très peu de ressemblance avec ce que les universités de l’Ancien Monde choisiraient d’appeler Linguistique.

Cette ambiguïté cosmique, qui semble être une des caractéristiques principales du langage, ne s’atténue pas même à un plus haut degré d’apprentissage et de culture au sein du système d’éducation américain. En effet, il est tout simplement impossible d’obtenir un Master en Science de la Linguistique car la dénomination n’existe pas. Tout au mieux, il est possible d’obtenir une Licence ou un Master en Lettres, comme si vous étiez un étudiant en Anglais ou en Histoire de l’Art. Mais attendez un peu : la Linguistique n’était‑elle pas censée être une science ?!

Voici une blague que je ne me lasse pas de raconter. Attention, vous n’allez peut‑être pas rire tout de suite, mais lorsque vous allez en rire, vous comprendrez pourquoi la Linguistique, du moins telle que définie par Chomsky, n’est rien de moins qu’une science. Il y a trois savants : un mathématicien, un ingénieur et un linguiste. La même question est posée à ces trois savants : « Neuf est‑il un nombre premier ? ».

Le mathématicien répond en premier : « Un, deux, trois, cinq, sept, onze… Non ! Neuf n’est pas un nombre premier. ». L’ingénieur répond à son tour : « Trois, six, neuf… Non, neuf n’est pas un nombre premier. ». C’est enfin le tour du linguiste. Il semble pondérer la question dans son esprit quelques instants puis il répond : « Oui ! Neuf est un nombre premier ».

Étant donné que nous sommes en train de parler du langage, la chute pose une réelle ambiguïté. Nous serions d’abord tenté de rire car la Linguistique n’est pas ce que l’on appelle une « science dure », et un linguiste médiocre en maths ne pourrait évidemment pas trouver la bonne réponse à une devinette mathématique. Une autre interprétation possible nous pousserait à rire du fait que la Linguistique est une science qui se déroule uniquement dans l’esprit et ne peut donc pas être expérimentée ni prouvée, ce qui en fait non pas une science mais tout au mieux une pseudoscience, de la même manière que beaucoup de gens considèrent la Psychologie ou la Sociologie.

Cependant, ce qui me fait rire, c’est qu’en tenant compte des paramètres de la Linguistique, la réponse du linguiste est correcte étant donné que la recherche linguistique n’est pas de savoir si une réponse est juste ou fausse. Il faut bien l’avouer, le linguiste de la blague ne considère même pas le sens de la question ! Il évalue plutôt si elle est bien formulée, et s’il est capable de donner une réponse bien formulée afin de la rendre encore mieux formulée. En bref, les mots qui composent une phrase doivent être parfaits en termes de nombre, de forme et d’accord, de la bonne nature et dans le bon ordre. C’est seulement alors que l’on peut dire que « Neuf est‑il un nombre premier ? » et « Neuf est un nombre premier » sont des phrases bien formulées du langage soumis à l’observation scientifique. Bien sûr, une telle réflexion ne peut avoir lieu que dans l’esprit d’une personne de langue maternelle…

 

Originally posted 2013-05-30 14:50:31.

Post A Comment